L’ethnographie mise en scène

L’ethnologue, n’est-il pas le témoin de toute une série de scènes ? Séquences de la vie quotidienne, rituels, travail, commerce. Par l’observation continue, n’est-il pas l’œil omniprésent, attentif au moindre détail, cherchant l’évènement ? Par ses notes, n’est-il pas le scribe d’un monde qu’il ne comprend pas encore ? Rien d’étonnant, sans doute, que dans cette volonté de voir et de comprendre, l’appareil photographique et la caméra ont été des instruments de choix pour l’ethnologue, pouvant re-visionner à l’infini et hors du regard de l’autre ces instants capturés.

Si par ses observations répétées il finit par mettre en visibilité ce qui structure la communauté, ses liens, ses lois, ses croyances ; s’il finit par ordonner pour lui-même un désordre apparent ; il ne peut le faire qu’en se référent à ces scènes captées. Se faisant, il se fait conteur d’un peuple, témoin qui témoigne, porteur et passeur de mémoire. Et il n’est pas impossible d’imaginer qu’une famille, qu’un peuple, se retourne vers l’ethnologue pour convoquer en lui les souvenirs dont il est porteur.

Photo du 73802978-02- à 20.30

Pris dans les liens que forme cette société, l’observateur se voit observé. Comme pour voir ainsi ce qui de soi est vu, comme la possibilité de pouvoir se voir enfin, de voir ce qui de soi échapperait encore, échappe toujours dans l’œil. Se vérifiant, se saisir soi en train d’être découvert comme si l’autre nous découvrant, s’était la possibilité de se découvrir.

A son tour, l’observé ouvre un cahier et de manière aussi méticuleuse notes ses observations. Mimétisme. De sorte que l’observateur dans ce jeu de miroir, accède à la mise en scène de sa propre observation, de sorte que l’observé emporté par son mouvement, devient l’ethnologue de son propre peuple. Jeu de passe-passe où l’on apprend que l’héritage d’un savoir, d’une technique commence par la copie. Ce geste fut celui de N’Fassory, paysan soussou. Ses cahiers, couvrant deux années d’observations, offerts à l’ethnologue Philippe Geslin, ont été publiés aux éditions Ginkgo sous le titre « L’oiseau qui avait enterré sa mère dans sa tête ».

41339450_9809304

C’est probablement cette double expérience : « L’ethnologie récit malgré tout » d’une part, et « l’ethnographie mise en scène » d’autre part, qui animera les échanges entre Macha Makeïeff et l’ethnologue Philippe Geslin, dans le processus de création de la conférence-imagée du 29 mars au Théâtre de la Criée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s